Comme Narcisse

Sur le thème du désir

lundi 1er mars 2021 , par Delisle Tiboulen

NoMade N°1

Comme Narcisse, se pencher au-dessus des iris et se mirer dans les étoiles. N’y voir que les lignes de l’eau, ni le reflet des nues. Car de l’haut tu es le ciel, car dans eau je suis liquide : celui qui moire – mon beau miroir – au bel attrait.

Plus près, avance encore un peu !

Dans le doute comme dans les airs : l’ombre de ton rire telles les prémisses à l’onde dorée de tes yeux. Je plonge en l’espérance humide d’où transpire le plaisir ; remontant les sentes capricantes de nos jeux érotiques, je fouille, tu sondes, les mains sœurs solides. Survient la moite profondeur des pudeurs défaites. Enfin. M’effondrer me fondre en toi jusqu’à disparaître, n’avoir plus pour toute limite que ta peau. Et t’attendre.

Mon cœur dès lors sait
Comment se porte ta furieuse envie

l’irrépressible appétit de posséder crue, toujours aussi vif, la forme de cette potentialité fragile propre à la jeunesse, lorsqu’elle s’ignore, se laisse insouciamment filer. Goûtant ton parfum, je bois le calice jusqu’aux lèvres de tes baisers, jusqu’aux confins des orbes libertés dans lesquelles je tombe... semblable au temps lequel, paré de chutes (chut !), ride et aurore et crépuscule. Qu’est-ce qui m’échappe de toi à ce moment ?

Ce qui nous manque est à venir
Les musardises au vermeil de tes soupirs
l’effleurement des beaux quartiers
Ô belle Ô lune ! Belle lune décrochée.

Quoique le bonheur soit une image, ait le frimas d’un songe pour unique horizon, je débordai de l’illusion où s’abîme l’in-fini, renaissant hors mes langues ; illusion si tôt morte, sitôt renaît, dans laquelle reste en corps l’empreinte coralline de nos détours aux forges vives du secret.

Mon coeur désormais sait
De quel voyage est fait l’amour

Comme Narcisse
Une poésie de Delisle Tiboulen
lue par Corinne et Christophe Gicquel

Les articles dans Poésie

Les sommes solitaires

Dans la nuit, Où languissent corps et peaux, Resurgit De l’enfance un sot Dépit Un désert. Tel un chant, en écho Quelque vers Sourd et (...)

L’être du temps mauvais

Paru dans le supplément du P’tit Canard n°10, L’Être du temps mauvais est la réponse, en quatre lettres, du poète au chœur des Hommes qui, dans le (...)

Des images ! Des images !

N’auriez-vous quelque image, ô singulier poète ? C’est pour nous réchauffer, pour rédimer nos peaux ! Tissez avec vos mots la trame sur nos os ; (...)

Dé-conte de la solitude

Écrit à l’origine pour la voix-off d’une poésie audiovisuelle qui n’a pas été menée à terme, ce poème a finalement été intégré à la nouvelle de Marx (...)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.