COURAGE #2

FAUNE ET FLORE

jeudi 1er août 2019 , par Delisle Tiboulen

2020 - Le courage

Que vinssent les loups affamés,
que les rongeurs du passé eussent disséminé leurs dévots commandements,
que se fussent insinués les relents de peste brune, les alizés d’outre-tombe,
que s’enfuissent les colombes blessées,

que se répandissent les racines des menthes poivrées,
ou fussent tombés les branches des oliviers en fleur et les pétales blancs des lys frais,

ils restèrent las.

Là.
L’herbe n’y est pas moins verte et ses feuilles moins vivaces ; l’air n’y est pas si pire et les temps si durs que le temps qui passe ne les efface pas.

Chez eux, c’est toi.
Tu es envie.

Les articles dans Poésie

Comme Narcisse

Comme Narcisse, se pencher au-dessus des iris et se mirer dans les étoiles. N’y voir que les lignes de l’eau, ni le reflet des nues. Car de l’haut (...)

Des images ! Des images !

N’auriez-vous quelque image, ô singulier poète ? C’est pour nous réchauffer, pour rédimer nos peaux ! Tissez avec vos mots la trame sur nos os ; (...)

L’être du temps mauvais

Paru dans le supplément du P’tit Canard n°10, L’Être du temps mauvais est la réponse, en quatre lettres, du poète au chœur des Hommes qui, dans le (...)

Dé-conte de la solitude

Écrit à l’origine pour la voix-off d’une poésie audiovisuelle qui n’a pas été menée à terme, ce poème a finalement été intégré à la nouvelle de Marx (...)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.