La matière du silence

mercredi 1er octobre 2014 , par Delisle Tiboulen

La conscience que nous possédons de notre ignorance des "choses" est proportionnelle à l’étendue de nos connaissances. Qu’il était bon le temps où l’on ignorait tout ; où rien ne nous était inconnu...

La matière du silence

I
Que l’on possède une conscience comme l’on possède un objet. Et qu’à l’instar de cette substance de l’utilité fantasmée, nous puissions nous en voir démunis par l’oubli.

La matière du silence est l’oubli… Or, de silence il n’en naît plus : suppliques, contes et chants constituent les armées d’un vacarme immanent à nos vrombissements.

Même si la réalité m’est inaccessible, je te vois. Dans la prunelle où débute l’Histoire, au berceau de la vérité. Amoureusement.

II
J’ai bâti entre nous une frontière faite de pudeur. Et nous sommes maintenant liés par ces cachettes, inhérents l’un à l’autre.

Mon amour… la joie est mon dessein.

Cette soif ! Cette soif dévore les « je », désincarne les égaux en moitié de trois.
Je ne crains pas les controverses ni les écueils sur le chemin.

III
Puisque tout retombe toujours, le vent louvoie dans les interstices brulants de la vacuité.

Le ciel se vide.

IV
Le présent délaisse le jadis pour sur-vivre le mouvement dans un désert d’éphémères illusions, aux hyalines oasis où languissent d’indicibles aurores du monde.

Léthifères essences – vaticinantes, fulminantes, proéminentes ou détonantes, et prégnantes – récoltant les pétales de l’enfance jusqu’aux stigmates.

V
L’obscurité n’émane que du ponant.

Nous brasillons alors pendant ceux qui se souviennent ; et les jadis s’amarrent à l’oubli, insoucieux des avenirs fuligineux et des amours spécieuses.

VI
La vie n’est pas courte, même si les racines de l’envie se répandent dans les bras de l’infini.

Le tumulte du doute croît ; et l’immortalité plonge dans la matière du silence jusqu’à dé-croire, jusqu’à découdre le fil des échos, jusqu’à en découdre avec les fils des anges telluriques.

Et puis…
Le chœur s’étonne d’avoir du sens sur les mains.

Les articles dans Poésie

Comme Narcisse

Comme Narcisse, se pencher au-dessus des iris et se mirer dans les étoiles. N’y voir que les lignes de l’eau, ni le reflet des nues. Car de l’haut (...)

Des images ! Des images !

N’auriez-vous quelque image, ô singulier poète ? C’est pour nous réchauffer, pour rédimer nos peaux ! Tissez avec vos mots la trame sur nos os ; (...)

L’être du temps mauvais

Paru dans le supplément du P’tit Canard n°10, L’Être du temps mauvais est la réponse, en quatre lettres, du poète au chœur des Hommes qui, dans le (...)

Dé-conte de la solitude

Écrit à l’origine pour la voix-off d’une poésie audiovisuelle qui n’a pas été menée à terme, ce poème a finalement été intégré à la nouvelle de Marx (...)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.