Les mords du temps

jeudi 1er octobre 2015 , par Delisle Tiboulen

Je veux bien mourir, là, maintenant.
Je dois bien pourrir irrémédiablement
De silence,
Et de bruit.
Distraitement,
Je meurs éperdument
Sans réfléchir au sens du sang
Que réfléchissent les cent reflets des mords du temps.
Cent enfants de la paresse
Chevauchant sans cesse.
« Félicitation ! »
« Quelle belle mort. »
Cent prisons de l’allégresse, éparses,
Closes, aux béants barreaux d’émail.
Comme des parenthèses lourdes de fard ;
Comme tes paupières rouillées par la salinité de ton océan se tenant.
Nous partîmes seuls
Et revînmes sans autre ; sans plus.
Simple unité microscopique pour l’éternité astronomique.
Mais moi, où est moi ?
Il est, il reste... Pendant toi !

Les articles dans Poésie

Comme Narcisse

Comme Narcisse, se pencher au-dessus des iris et se mirer dans les étoiles. N’y voir que les lignes de l’eau, ni le reflet des nues. Car de l’haut (...)

Des images ! Des images !

N’auriez-vous quelque image, ô singulier poète ? C’est pour nous réchauffer, pour rédimer nos peaux ! Tissez avec vos mots la trame sur nos os ; (...)

L’être du temps mauvais

Paru dans le supplément du P’tit Canard n°10, L’Être du temps mauvais est la réponse, en quatre lettres, du poète au chœur des Hommes qui, dans le (...)

Dé-conte de la solitude

Écrit à l’origine pour la voix-off d’une poésie audiovisuelle qui n’a pas été menée à terme, ce poème a finalement été intégré à la nouvelle de Marx (...)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.