Ce qu’on vit, ce qu’il en reste

lundi 13 septembre 2021

La question n’est jamais de se demander ce qu’il reste d’une vie, parce qu’il n’en reste rien au final et que ça n’a aucune importance. Dans la très grande majorité des cas elle est vouée à un oubli rapide, aux souvenirs épars et contradictoires qui la refont a posteriori à la meilleure convenance des rares personnes qui les portent et qui finissent par s’effacer, au plus tard avec leur disparition. Si elle a bénéficié d’un peu de notoriété elle aura droit à un peu de postérité officielle, à quelques traces historiques, qui la trafiqueront selon les nécessités courantes de l’exercice global des pouvoirs. Et celà même finira un jour par s’effacer définitivement, simplement un peu plus tard. La seule question pertinente est de se demander si elle aura été suffisamment singulièrement vécue. Et il est probable que la réponse soit oui, même dans les cas où elle est à peine, presque pas, singulière. Même dans les cas donc où elle n’a pour ainsi dire aucun intérêt. Parce que dans tous les cas sa singularité ce sera affirmée au maximum de sa puissance.

— 
Par Bloom

Les brèves dans Tribune

Individualisme
(16 octobre 2021)

Notre individualisme forcené n’est guère que le symptôme de la disparition de toute individuation singulière, la commémoration compulsive et parodique de celle-ci. C’est la raison pour laquelle la (...)

Louanges sous condition
(9 octobre 2021)

Le plus grand nombre ne loue généralement que ce dont il escompte pouvoir tirer quelque profit et tant qu’il en garde l’espoir. Cela seul peut mitiger l’inévitable ressentiment qu’il éprouve contre ce (...)

Par défaut
(2 octobre 2021)

On est inévitablement déçu par ses pensées parce qu’elles ne sont que les traces bancales, viciées, traitresses que le penser singulier laisse dans nos discours. Mais cette déception doit être (...)

Le tonneau des Danaïdes
(25 septembre 2021)

L’indignité est une des rares choses qui ne s’épuisent jamais. Une fois qu’on s’y est livré, si peu que ce soit, elle ne cesse de se nourrir d’elle-même et de s’accroître. — Par (...)