Commentez, il en restera toujours quelque chose

samedi 9 avril 2022

Face à l’insupportable singularité de l’œuvre, qui s’affirme face à elle comme un affront et un déni, la réalité use et abuse de la seule arme dont elle dispose, le commentaire. Parce que celui-ci, qu’il soit explicitement discursif ou qu’il travaille implicitement à l’inclure dans un récit déterminé par la mise en relation muséale avec d’autres œuvres – ou prétendues telles par la commune culture – la plie à ce que le langage dit régulièrement et implicitement de la réalité courante et la réduit ainsi à ses seuls critères.

— 
Par Bloom

Les brèves dans Tribune

Hauteurs illusoires
(1er février 2023)

Il n’y a pas de métadiscours venant fonder, expliquer ou justifier le discours. Il finit toujours, en dépit de ses prétentions, souvent après bien des détours et des contorsions dont il use et abuse (...)

Un rai de lumière dans l’obscurité
(28 janvier 2023)

Toute perception implique inévitablement une mise en forme de ce qui y est perçu comme évidence, une conformation aux critères de perception spécifiques qui y opèrent et qui sont le plus souvent (...)

Ca ne colle pas !
(25 janvier 2023)

Le jugement que nous portons, en général sans guère de vergogne, sur autrui est non seulement toujours au moins en partie faux parce qu’il n’est qu’une projection de l’image que nous nous faisons de (...)

Se refaire un prénom
(22 janvier 2023)

Drôle de jeu auquel se livrent opposants politiques et syndicalistes (qui bien souvent sont les mêmes). Jugez plutôt ! Les candidats « accédant aux responsabilités » (sic) voient disparaître leur (...)