Des usages de l’autre

mercredi 9 novembre 2022

L’autre nous est utile à susciter l’errance de notre désir par imitation du sien - ce qui est à la racine de toute mode. Il nous sert aussi bien de bouc émissaire pratique pour nous décharger du ressentiment que nous éprouvons envers le monde parce qu’il ne se plie pas suffisamment à ce désir. Et enfin nous le chargeons de nos propres défauts, erreurs et inconséquences autant qu’il nous est possible pour éviter d’en porter la responsabilité.
— 
Par Bloom

Les brèves dans Tribune

Pourquoi nous sommes devenus si innovants
(4 janvier 2023)

Innover se résume à tirer toutes les conséquences de ce qui a déjà été créé. C’est donc beaucoup plus facile et confortable que créer, ce qui explique que nous préférions systématiquement le premier au (...)

Le sujet d’une illusion
(31 décembre 2022)

L’illusion biographique revient à réduire un trajet individuel, en grande partie aléatoire et singulier, sans nécessaire continuité autre que chronologique, sans cohérence obligée, à un projet supposé (...)

La valse à mille temps
(28 décembre 2022)

Il ne s’agit pas simplement, au titre d’une plus grande lucidité, c’est-à-dire aussi d’une meilleure hygiène intellectuelle, de porter au jour le plus grand nombre d’illusions qui concourent à faire (...)

Liberté, égalité, fraternité
(24 décembre 2022)

Il n’y a d’autre liberté que celle d’affirmer le plus complètement ses singularités individuées. D’autre égalité que la possibilité identique donnée à chacun d’y parvenir, sans jamais pouvoir préjuger des (...)