Individualisme

samedi 16 octobre 2021

Notre individualisme forcené n’est guère que le symptôme de la disparition de toute individuation singulière, la commémoration compulsive et parodique de celle-ci. C’est la raison pour laquelle la réalité lui laisse libre cours et en use comme d’un défouloir collectif, puisqu’elle a déjà travaillé en amont de celui-ci à nous rendre tous fonctionnellement interchangeables. Elle peut bien dans ces conditions nous passer ce petit caprice, d’autant plus qu’il concourt à renforcer in fine notre fonctionnalisation globale sous couvert de particularisme.

— 
Par Bloom

Les brèves dans Tribune

A quoi sert la moralité
(24 janvier 2022)

La commune moralité est le moyen pour le groupe de justifier par une pseudo-transcendance les inévitables contraintes et violences de tous ordres nécessaires à son fonctionnement et à sa (...)

Repli
(23 janvier 2022)

Le communautarisme impose la reconnaissance universelle de ses spécificités, réelles ou prétendues, mais uniquement selon les codes qu’il édicte parce qu’il les considère comme les seuls moralement (...)

Victimes et bourreaux
(22 janvier 2022)

Une des inconséquences les plus graves et les plus dangereuses découlant du victimisme contemporain triomphant revient à considérer que toute victime, du seul fait de sa reconnaissance en tant que (...)

Posologie existentielle
(21 janvier 2022)

La transcendance, quelque figure qu’elle prenne, n’est que le traitement que nous nous appliquons pour tenter de soigner notre impuissance à nous confronter à l’irréductible et singulière (...)