Les illusions de la domination

vendredi 11 février 2022

Nous ramenons systématiquement la domination à la volonté subjective de certains, individus ou groupes, de l’exercer et aux supposées manœuvres qu’ils opèreraient pour y parvenir, l’assimilant alors à un choix moral qui nous permet de faire facilement le partage entre méchants dominants et gentils dominés. C’est d’abord continuer à s’illusionner sur le caractère réel du statut de sujet et sur la possibilité de libre choix que nous y rattachons, alors même que le sujet n’a d’autre fonction que de masquer nos multiples déterminations individuées – génétiques, sociales, culturelles. C’est ensuite rater le fait que toute domination est avant tout une organisation structurelle de rapports de forces qui définit des positions relatives et distribuées de dominants et de dominés correspondant à ses modes de fonctionnement, auxquelles s’ajustent automatiquement les individus selon les capacités propres dont ils disposent et celles qui sont requises pour assurer le fonctionnement global et la reproduction fonctionnelle de cette organisation. Ce qui ne justifie en rien quelque forme de domination que ce soit – ni les prétentions de pertinence, voire de transcendance, qu’elle ne manque jamais de formuler – qui est par principe, par construction, contingente puisque basée sur la stratification arbitraire de rapports de forces eux-mêmes contingents et variables. Ceci donnant d’ailleurs lieu aux luttes de structure et de positions qui la traversent inévitablement. Mais ce minimum de lucidité sur la façon dont fonctionne toute domination permet au moins d’éviter de la personnifier – attitude à la base de tout complotisme – et de la reproduire sans même s’en rendre compte en étant persuadé de travailler à sa disparition. Minimum de lucidité qui oblige aussi à admettre qu’il ne peut y avoir de groupe sans domination parce qu’il se construit nécessairement sur l’institutionnalisation de certains rapports de forces. On ne peut que tenter d’améliorer la forme qu’elle prend, tout en étant conscient que cette amélioration ne peut jamais être la même pour tous puisque sa conception dépend en grande partie de la place qu’on occupe dans la structure de domination.

— 
Par Bloom

Les brèves dans Tribune

Hauteurs illusoires
(1er février 2023)

Il n’y a pas de métadiscours venant fonder, expliquer ou justifier le discours. Il finit toujours, en dépit de ses prétentions, souvent après bien des détours et des contorsions dont il use et abuse (...)

Un rai de lumière dans l’obscurité
(28 janvier 2023)

Toute perception implique inévitablement une mise en forme de ce qui y est perçu comme évidence, une conformation aux critères de perception spécifiques qui y opèrent et qui sont le plus souvent (...)

Ca ne colle pas !
(25 janvier 2023)

Le jugement que nous portons, en général sans guère de vergogne, sur autrui est non seulement toujours au moins en partie faux parce qu’il n’est qu’une projection de l’image que nous nous faisons de (...)

Se refaire un prénom
(22 janvier 2023)

Drôle de jeu auquel se livrent opposants politiques et syndicalistes (qui bien souvent sont les mêmes). Jugez plutôt ! Les candidats « accédant aux responsabilités » (sic) voient disparaître leur (...)