Les limites du doute

samedi 4 décembre 2021

Notre doute, en pratique, a des limites qui sont assez rapidement atteintes parce qu’il nous faut exister dans le monde et donc lui accorder créance de sa réalité. Nous pouvons le mener un peu plus avant d’un point de vue théorique, mais là aussi nous touchons assez rapidement à ses limites du seul fait que nous sommes obligés de le formuler dans une langue qui nous impose ses a priori.

— 
Par Bloom

Les brèves dans Tribune

Individualisme
(16 octobre 2021)

Notre individualisme forcené n’est guère que le symptôme de la disparition de toute individuation singulière, la commémoration compulsive et parodique de celle-ci. C’est la raison pour laquelle la (...)

Louanges sous condition
(9 octobre 2021)

Le plus grand nombre ne loue généralement que ce dont il escompte pouvoir tirer quelque profit et tant qu’il en garde l’espoir. Cela seul peut mitiger l’inévitable ressentiment qu’il éprouve contre ce (...)

Par défaut
(2 octobre 2021)

On est inévitablement déçu par ses pensées parce qu’elles ne sont que les traces bancales, viciées, traitresses que le penser singulier laisse dans nos discours. Mais cette déception doit être (...)

Le tonneau des Danaïdes
(25 septembre 2021)

L’indignité est une des rares choses qui ne s’épuisent jamais. Une fois qu’on s’y est livré, si peu que ce soit, elle ne cesse de se nourrir d’elle-même et de s’accroître. — Par (...)