Notre démesure

lundi 13 septembre 2021

Les Grecs anciens fustigeaient en leur temps la démesure qui entendait égaler leur dieux comme prétention injustifiable et infondée à une puissance qui surpassait radicalement celle de l’espèce humaine. Nous avons souvent tendance à considérer que d’une certaine façon, en imposant une maîtrise technologique au monde, nous avons accompli cette ambition sans avoir eu à supporter le courroux d’une quelconque divinité. Mais nous nous trompons parce que les moyens dont nous usons pour assurer cette maîtrise démesurée nous échappent de plus en plus largement – nous les maîtrisons de moins en moins individuellement. Parce qu’ils ne sont qu’un laisser-faire paresseux accordé à la technologie qui nous soumet de plus en plus à son fonctionnalisme. Là où il y avait une démesure de l’orgueil dans l’hybris grecque il n’y a que paresse et médiocrité dans la nôtre, qui se paie de notre désindividuation massive. Et qui se double d’une démesure dans la rage identitaire de nous faire reconnaître victimes à tout prix et au moindre désagrément. Là encore il ne s’agit pas d’une démesure de la puissance mais bien de l’impuissance et du ressentiment qui en découle, qui fait exemplairement écho aux progrès de notre massification fonctionnelle.

— 
Par Bloom

Les brèves dans Tribune

Hauteurs illusoires
(1er février 2023)

Il n’y a pas de métadiscours venant fonder, expliquer ou justifier le discours. Il finit toujours, en dépit de ses prétentions, souvent après bien des détours et des contorsions dont il use et abuse (...)

Un rai de lumière dans l’obscurité
(28 janvier 2023)

Toute perception implique inévitablement une mise en forme de ce qui y est perçu comme évidence, une conformation aux critères de perception spécifiques qui y opèrent et qui sont le plus souvent (...)

Ca ne colle pas !
(25 janvier 2023)

Le jugement que nous portons, en général sans guère de vergogne, sur autrui est non seulement toujours au moins en partie faux parce qu’il n’est qu’une projection de l’image que nous nous faisons de (...)

Se refaire un prénom
(22 janvier 2023)

Drôle de jeu auquel se livrent opposants politiques et syndicalistes (qui bien souvent sont les mêmes). Jugez plutôt ! Les candidats « accédant aux responsabilités » (sic) voient disparaître leur (...)