Question de point de vue

samedi 9 avril 2022

Nous ne comprenons pas plus autrui qu’il ne nous comprend. D’ailleurs nous ne nous comprenons même pas nous-mêmes. Nous ne faisons qu’évoluer au milieu d’un ensemble d’images projetées, celle que nous nous faisons de nous-mêmes, celle que nous nous construisons d’autrui à la ressemblance de la première et celle qu’il se fait de nous à la sienne. Et nous croyons nous comprendre lorsque ces images, sous l’effet contraignant de la commune culture, en viennent à coïncider un peu. Et nous nous instituons victime de l’incompréhension si elles diffèrent trop les unes des autres – ce qui est le cas le plus courant et constitue un des moteurs les plus sûrs de notre ressentiment généralisé. Alors que nous devrions nous réjouir de cette incompréhension comme d’une marque de notre singularité.

— 
Par Bloom

Les brèves dans Tribune

Totalité
(27 novembre 2021)

La moindre de nos phrases emporte avec elle, implicitement mais nécessairement, la totalité de notre réalité parce qu’elle suppose la totalité de la langue dans laquelle elle se dit, avec son (...)

Des deux voies
(20 novembre 2021)

La foule n’est sensible qu’à deux types d’attitude. La séduction qui offre des boucs émissaires à son ressentiment lorsqu’on veut en user comme moyen de ses propres fins. La force lorsqu’il s’agit de (...)

Pus vite !
(13 novembre 2021)

La séduction que la vitesse, sous toutes ses formes, exerce sur nous tient à ce qu’elle nous dispense une réalité en perpétuel changement qui nous distrait très efficacement de l’obligation où nous nous (...)

Critères de vérité
(6 novembre 2021)

Il n’y a pas de vérités, ni au singulier ni au pluriel, il n’y a que des effets de vérité. C’est-à-dire que l’institution d’une vérité ne dépend pas de la conformité de ses contenus à des critères généraux (...)