Qui est là ?

mardi 11 janvier 2022

Nous ne sommes jamais réellement nous-mêmes. D’abord parce que nous ne sommes au monde qu’avec le retard que nous impose la perception de celui-ci. Ensuite parce que nous n’y sommes jamais tout à fait le même selon les circonstances auxquelles il nous confronte et qui ne cessent de changer. Seule la trace mnésique nous procure l’illusion de notre identité et elle est d’une fiabilité largement limitée.

— 
Par Bloom

Les brèves dans Tribune

Repli
(23 janvier 2022)

Le communautarisme impose la reconnaissance universelle de ses spécificités, réelles ou prétendues, mais uniquement selon les codes qu’il édicte parce qu’il les considère comme les seuls moralement (...)

Victimes et bourreaux
(22 janvier 2022)

Une des inconséquences les plus graves et les plus dangereuses découlant du victimisme contemporain triomphant revient à considérer que toute victime, du seul fait de sa reconnaissance en tant que (...)

Posologie existentielle
(21 janvier 2022)

La transcendance, quelque figure qu’elle prenne, n’est que le traitement que nous nous appliquons pour tenter de soigner notre impuissance à nous confronter à l’irréductible et singulière (...)

Un monde (dés)enchanté
(19 janvier 2022)

Il ne peut y avoir de désenchantement vis-à-vis du monde que si auparavant nous l’avons indûment enchanté par nos illusions et les fables diverses qui les véhiculent. Il faut donc ne nous en prendre (...)