Rétroaction

samedi 4 septembre 2021

Le plus souvent, parce que c’est plus simple, plus facile, nous n’avons qu’une conception « rétroactive » de la causalité, c’est-à-dire que pour chaque effet survenant dans le monde nous supposons une seule cause, ou au mieux une quantité limitée de causes, que nous considérons comme ayant toutes a priori cet effet pour but. Déterminisme absolu de cette causalité, promesse d’une maîtrise possible du monde. Alors que tout effet, à de rares exceptions près, est produit par une quantité indéfinie de causes qui se rencontrent aléatoirement et se combinent, avec des influences différentes, sans but prédéterminé. Causalité singulière et radicalement aléatoire, réelle mais qui de ce fait ne nous convient guère parce qu’elle nous prive de toute possibilité de souveraineté subjective et nous demande des efforts sans cesse recommencés pour tenter de l’élucider un peu tout en sachant d’avance ne pas pouvoir y réussir complètement.

— 
Par Bloom

Les brèves dans Tribune

Hauteurs illusoires
(1er février 2023)

Il n’y a pas de métadiscours venant fonder, expliquer ou justifier le discours. Il finit toujours, en dépit de ses prétentions, souvent après bien des détours et des contorsions dont il use et abuse (...)

Un rai de lumière dans l’obscurité
(28 janvier 2023)

Toute perception implique inévitablement une mise en forme de ce qui y est perçu comme évidence, une conformation aux critères de perception spécifiques qui y opèrent et qui sont le plus souvent (...)

Ca ne colle pas !
(25 janvier 2023)

Le jugement que nous portons, en général sans guère de vergogne, sur autrui est non seulement toujours au moins en partie faux parce qu’il n’est qu’une projection de l’image que nous nous faisons de (...)

Se refaire un prénom
(22 janvier 2023)

Drôle de jeu auquel se livrent opposants politiques et syndicalistes (qui bien souvent sont les mêmes). Jugez plutôt ! Les candidats « accédant aux responsabilités » (sic) voient disparaître leur (...)