Rien

mercredi 26 octobre 2022

La chose n’est pas l’objet. Celui-ci est posé en même temps que le sujet au sein de la réalité par le discours qui instaure cette dernière, qui les détermine par son lexique et assigne leur relation duelle par sa syntaxe. La chose – rem en latin qui a donné rien en français - est ce qui échappe radicalement à toute discursivité parce que toujours antérieure à cette dernière. Rien parce qu’au bout du compte nous ne pouvons rien en dire, rien en faire. C’est ce qu’il nous est donné d’à peine percevoir des survenirs singuliers du réel à la surface desquels le langage tisse par la parole le voile rassurant d’une réalité à la mesure, réduite, de nos capacités. Tissu réglé, tramé, resserré de discours dans lequel continue à chatoyer un peu le chaos du réel. La chose est l’empreinte du réel qui affecte encore ce tissu, le présupposé donc de tout objet, de l’objectité, donc aussi bien de tout sujet, de la subjectité. Ce que nous pouvons à peine dire mais qui se manifeste dans tout ce que nous disons.
— 
Par Bloom

Les brèves dans Tribune

Pourquoi nous sommes devenus si innovants
(4 janvier 2023)

Innover se résume à tirer toutes les conséquences de ce qui a déjà été créé. C’est donc beaucoup plus facile et confortable que créer, ce qui explique que nous préférions systématiquement le premier au (...)

Le sujet d’une illusion
(31 décembre 2022)

L’illusion biographique revient à réduire un trajet individuel, en grande partie aléatoire et singulier, sans nécessaire continuité autre que chronologique, sans cohérence obligée, à un projet supposé (...)

La valse à mille temps
(28 décembre 2022)

Il ne s’agit pas simplement, au titre d’une plus grande lucidité, c’est-à-dire aussi d’une meilleure hygiène intellectuelle, de porter au jour le plus grand nombre d’illusions qui concourent à faire (...)

Liberté, égalité, fraternité
(24 décembre 2022)

Il n’y a d’autre liberté que celle d’affirmer le plus complètement ses singularités individuées. D’autre égalité que la possibilité identique donnée à chacun d’y parvenir, sans jamais pouvoir préjuger des (...)