Se refaire un prénom

dimanche 22 janvier 2023

Drôle de jeu auquel se livrent opposants politiques et syndicalistes (qui bien souvent sont les mêmes). Jugez plutôt !

Les candidats « accédant aux responsabilités » (sic) voient disparaître leur prénom dans l’agora mediatico-syndicalo-politique à l’occasion de la réception des pouvoirs substantiels de la République. C’est que la tâche est introduite par l’emmantellement d’une cible que les oppositions filent avec une frénétique et confondante obstination. Dommage que dans ce tropisme suranné, la stérilité de leur imagination n’ait d’égal que leur mauvaise foi.

C’est à l’occasion de cette séance d’habillement (du costume ou du costard, question de point de vue) que les archers antagonistes, opposants de tout bord aux représentants d’un pouvoir qu’ils n’ont de cesse de convoiter, tendent à réduire leur cible à sa mire : le patronyme. Et puisqu’il faut des fomentateurs dans ce paysage polarisé victimaire, désignons-les aux cris outragés de « C’est la faute à… » ; pour la fin, choisissez votre camp : Chirac, Sarkozy, Hollande, Macron…
Heureusement pour les intéressés, le démembrement patronymique tient davantage de l’illusion de quelques prestidigitateurs de kermesse ou bonimenteurs de salon, que d’as de l’argumentation ou de hérauts du bien commun.

Quant à nous, tant pis. Notre intérêt collectif demeure bien éloigné des préoccupations des postulants politicards comme des aspirantes responsables syndicales. Mais peut-être est-ce pour notre mieux. Combien n’assistons-nous, navrés et impuissants, au vacarme dénué de la moindre proposition innovante, constructive ou fondée, de ces prêcheurs et prêcheuses communautaristes (dans le domaine de la médiocrité, l’égalité des genres semble acquise de longue date ; qui pour s’en réjouir ? #BalanceTon.aCon.ne).

Aux novices, qu’ils se rassurent ! à la fin, nul besoin de retourner au vestiaire chercher son Jacques, son Nicolas, son François ou son Emmanuel ; les grooms tristes de l’actualité se chargent de les en affubler de nouveau à l’issue de leur mandat ; jusqu’à ce que les deuils nationaux ne les réhabilitent complètement.

— 
Par Marx Teirriet

Les brèves dans Tribune

Un rai de lumière dans l’obscurité
(28 janvier 2023)

Toute perception implique inévitablement une mise en forme de ce qui y est perçu comme évidence, une conformation aux critères de perception spécifiques qui y opèrent et qui sont le plus souvent (...)

Ca ne colle pas !
(25 janvier 2023)

Le jugement que nous portons, en général sans guère de vergogne, sur autrui est non seulement toujours au moins en partie faux parce qu’il n’est qu’une projection de l’image que nous nous faisons de (...)

La cuisine des idéologies
(21 janvier 2023)

Toute idéologie procède de la simplification, concaténation et systématisation d’un nombre limité d’opinions ou d’idées, si possible déjà simples en elles-mêmes. Ce qui fait son indéfectible succès auprès (...)

Un expédient
(21 janvier 2023)

Le ressentiment est l’expédient le plus efficace que l’impuissance ait trouvé pour supporter l’existence et la justifier – étant impuissante elle-même a effectivement se justifier d’exister. — Par (...)