Séduction

samedi 22 octobre 2022

L’attrait propre aux extrêmes, quelque figure qu’ils prennent, est leur simplisme, leur radicale absence de nuance, qui peignent un monde en noir et blanc. Ce qui d’une part ne requiert qu’un effort intellectuel minime, voire nul, pour se le représenter. D’autre part permet d’y trouver facilement des causes au ressentiment que le plus grand nombre éprouve face à l’indifférence entêtée du monde. Enfin permet de se poser en victime de celles-ci, de les condamner et d’en exiger réparation immédiate, pleine et entière, ce qui est le moyen le plus facile de se décharger de ce ressentiment. On comprend mieux leur retour systématique sur le devant de la scène à chaque période troublée, c’est-à-dire ne se prêtant pas à une lecture rapide, aisée et schématique du monde et de ses fonctionnements supposés.
— 
Par Bloom

Les brèves dans Tribune

La valse à mille temps
(28 décembre 2022)

Il ne s’agit pas simplement, au titre d’une plus grande lucidité, c’est-à-dire aussi d’une meilleure hygiène intellectuelle, de porter au jour le plus grand nombre d’illusions qui concourent à faire (...)

Liberté, égalité, fraternité
(24 décembre 2022)

Il n’y a d’autre liberté que celle d’affirmer le plus complètement ses singularités individuées. D’autre égalité que la possibilité identique donnée à chacun d’y parvenir, sans jamais pouvoir préjuger des (...)

Sérieux effets
(21 décembre 2022)

Les illusions, comme les croyances, ont de l’importance non en elles-mêmes mais du fait de leur opérativité, des effets qu’elles ne manquent jamais de produire au sein de la réalité, en tant (...)

Limites
(17 décembre 2022)

On ne tolère jamais que ce qui reste dans les limites de ce qu’on est capable de surmonter. Au-delà, soit on exclut, soit on est exclus. — Par Bloom