Subjectité

lundi 17 mai 2021

Nous avons tous une idée à peu près claire de ce que recouvre le terme de subjectivité, parce que tous nous nous sentons sujets réalistes, sujets au sein de la réalité, c’est-à-dire entités individuées dotées d’une réflexivité supposée permettre de faire des choix conscients et potentiellement dirigés par la raison – potentiellement seulement puisque notre supposé libre arbitre doit aussi nous donner la possibilité de faire des choix qui y contreviennent. La subjectivité est affaire de ressenti immédiat, elle est l’habitus le mieux partagé de l’espèce. Pour autant elle est produite par une assignation culturelle au statut fonctionnel de sujet réaliste, à la subjectité en tant que dispositif opératoire générique de constitution et de pérennisation de notre réalité commune, particulièrement dans sa forme moderne et technologique qui institue le monde comme pur objet en face du sujet et permet d’y projeter le fantasme d’une maîtrise intégrale de ses contenus par ce dernier.

— 
Par Bloom

Les brèves dans Tribune

A quoi sert la moralité
(24 janvier 2022)

La commune moralité est le moyen pour le groupe de justifier par une pseudo-transcendance les inévitables contraintes et violences de tous ordres nécessaires à son fonctionnement et à sa (...)

Repli
(23 janvier 2022)

Le communautarisme impose la reconnaissance universelle de ses spécificités, réelles ou prétendues, mais uniquement selon les codes qu’il édicte parce qu’il les considère comme les seuls moralement (...)

Victimes et bourreaux
(22 janvier 2022)

Une des inconséquences les plus graves et les plus dangereuses découlant du victimisme contemporain triomphant revient à considérer que toute victime, du seul fait de sa reconnaissance en tant que (...)

Posologie existentielle
(21 janvier 2022)

La transcendance, quelque figure qu’elle prenne, n’est que le traitement que nous nous appliquons pour tenter de soigner notre impuissance à nous confronter à l’irréductible et singulière (...)