Une affaire compliquée

dimanche 30 mai 2021

L’exercice global des pouvoirs s’organise en plusieurs champs élémentaires spécifiques, plus ou moins interconnectés entre eux et dont les effets sur cet exercice sont plus ou moins importants. Ces champs s’organisent autour de domaines d’activité – religion, politique, médias, art, littérature, social, science, autres en tant que de besoin pour assurer le plus efficacement possible le fonctionnement de cet exercice – et sont des champs d’énergie potentielle formalisant une distribution globale de celle-ci, où chaque position donne un accès plus ou moins étendu aux usages du monde propres au champ, selon la façon dont celui qui l’occupe se conforme aux contraintes du champ et à la formulation de son énergie potentielle propre. Chaque champ est à la fois l’objet d’un travail commun de ceux qui y participent pour s’assurer de sa durée et de son renforcement comme structure qui leur garantit une valorisation différentielle, matérielle et symbolique, par rapport aux autres champs et finalement dans l’exercice global des pouvoirs. Et d’une tension concurrentielle interne où chacun des participants est en lutte pour s’approprier les positions à plus forte énergie potentielle, pour concentrer dans ses mains le plus d’usages du monde [1] et donc d’exercices de pouvoirs auxquels le champ donne accès. Il en résulte un état métastable de chaque champ élémentaire qui est la résultante globale des efforts d’appropriation concurentielle de chacun des participants tempérés par la nécessité de conserver la structure globale du champ. De ce fait toute révolution survenant dans le champ le préserve a priori structurellement tout en changeant la formulation de l’énergie potentielle qui lui donne sa figure actuelle. Du fait de leurs inévitables interactions, parce que tous les champs élémentaires participent à l’exercice global des pouvoirs, mais aussi parce que chacun de nous participe, à des positions différentes, à un nombre plus ou moins élevé de ceux-ci, tout changement dans un champ provoque des répercussions plus ou moins importantes sur les énergies potentielles propres à chacun des autres, pouvant affecter l’importance relative de chacun dans l’exercice global des pouvoirs, par le biais de modifications de son organisation. Ce qui montre bien qu’essentialiser et personnifier le pouvoir, en laissant systématiquement dans l’ombre la complication de l’organisation multiple de son exercice, est encore le meilleur moyen, avec notre participation pleine et entière, de laisser ce dernier s’autonomiser et échapper à tout contrôle individuel.

— 
Par BLOOM

[1(N.D.L.R. pour une définition de l’usage de monde selon BLOOM se reporter à l’usage du monde dans l’article D’un usage l’autre)

Les brèves dans Tribune

Hauteurs illusoires
(1er février 2023)

Il n’y a pas de métadiscours venant fonder, expliquer ou justifier le discours. Il finit toujours, en dépit de ses prétentions, souvent après bien des détours et des contorsions dont il use et abuse (...)

Un rai de lumière dans l’obscurité
(28 janvier 2023)

Toute perception implique inévitablement une mise en forme de ce qui y est perçu comme évidence, une conformation aux critères de perception spécifiques qui y opèrent et qui sont le plus souvent (...)

Ca ne colle pas !
(25 janvier 2023)

Le jugement que nous portons, en général sans guère de vergogne, sur autrui est non seulement toujours au moins en partie faux parce qu’il n’est qu’une projection de l’image que nous nous faisons de (...)

Se refaire un prénom
(22 janvier 2023)

Drôle de jeu auquel se livrent opposants politiques et syndicalistes (qui bien souvent sont les mêmes). Jugez plutôt ! Les candidats « accédant aux responsabilités » (sic) voient disparaître leur (...)